Château de Dissay / 86 / Dissay

Dissay, un château où le civil et le religieux se côtoient

Dissay… ce nom ne vous évoque peut être pas grand-chose. Et pourtant ! Niché au cœur de la vallée du Clain, à quelques encablures au nord de Poitiers, l’imposant château de Dissay n’a vraiment rien a envié à ses grands frères du Val de Loire, dont il puise d’ailleurs une forte inspiration. Pierre blanche, toitures en ardoise, style gothique tardif, survivances de l’architecture médiévale et préfiguration du décor type Renaissance, ce château réalise une sorte de melting-pot des courants artistiques de son époque.

Historique/ architecture… Bien avant le XVe siècle, les évêques de Poitiers possédèrent déjà sur la rive gauche du Clain à Dissay, une résidence de campagne. En 1435, Hugues de Combarel, qui occupe alors le siège épiscopal du diocèse, obtient du roi Charles VII l’autorisation de fortifier et de décorer le château ainsi que son église. Une première pierre à l’édifice est alors achevée. Mais la véritable révolution artistique va s’opérer quelques années sous Pierre III d’Amboise. Ce dernier va faire bâtir à partir de 1481 un important château de plaine en transformant l’édifice médiéval qui n’était pas assez à son goût. Son plan évoque fortement celui du château du Plessis-Bouré et de Chaumont. Vaste quadrilatère flanqué de deux tours cylindriques, cet édifice est baigné par les douves qu’alimente le Clain. Sorte de mélange de genre, cette résidence d’agrément n’en reste pas moins un château défensif. A cela, le pont-levis, les douves, les tours munies de canonnières et de meurtrières, le système de mâchicoulis et de chemin crénelé ne laissent aucun doute quant à une large influence médiévale et de la guerre de cent ans. Entrer dans ce château et le guide vous fera découvrir alors l’ancienne cachot, humide et exigu dans lequel le seigneur épiscopal laissait périr les belliqueux.

Religieusement vôtre ! Dissay se révèle être véritablement un château religieux. Ainsi la présence du christianisme et de la liturgie n’en sont pas moins oubliés. En effet, de l’ancienne chapelle collégiale, aujourd’hui détruite, il subsiste des traces de cette vie pieuse. Les vitraux ont été réemployés dans la galerie et la salle de bal au premier étage du logis du château. Ainsi, au dessus de chaque fenêtre des épisodes de la vie du christ et des allégories des quatre évangélistes éclairent de leur polychromie le parquet d’époque et les murs blancs. De plus, Pierre d’Amboise fait aménager un oratoire octogonal dans la tour nord-est de son château. Cet oratoire est revêtu d’un immense décor peint de style gothique tardif. Ainsi la présence de quelques illustres chevaliers mais également des scènes christologiques présentent un ensemble bleutée relevé par des ajouts de feuille d’or. Un effet de voûte étoilé et de quiétude s’en ressent alors.

Bouleversements. Le château va connaître une période d’occupation militaire durant les guerres de religion. En effet, en 1569, Coligny, qui prépare alors le fameux siège de Poitiers, prend possession du château pour y installer sa garnison et son artillerie. A cela s’ajoute les destructions engendrées par la Révolution où en 1792 la collégiale est entièrement détruite. Aujourd’hui, propriété du baron Lassat de Meynard, le château a été réhabilité dans son écrin médiéval pour redonner éclat et splendeur à ce patrimoine régional exceptionnel.

________________________________________________________________________________________________________________

Sculpture :

Une belle découverte vous attend au sommet d’une des tours du château. Une sorte de végétation sculptée, un palmier retombant sur une colonnette centrale autour de laquelle s’articule l’escalier en colimaçon. L’étonnement est au rendez-vous et la beauté du site prend tout son sens.

________________________________________________________________________________________________________________

Focus sur l’instigateur de ce château :

Pierre d’Amboise (1450-1505) : Il naît et grandi au château de Chaumont sur Loire. Issu d’une grande famille proche de la cour, membre d’une fratrie qui compte d’illustres personnages comme son frère, Georges D’Amboise qui était cardinal et premier ministre de Louis XII. Pierre d’Amboise, troisième du nom, fut envoyé à l’abbaye de Saint-Jouin de Marnes dont il devient alors abbé en 1467. Nommé évêque de Poitiers par Louis XI en 1481, il restera à la tête de sa charge épiscopale jusqu’à sa mort en 1505. Il devint aussi conseiller du roi Charles VIII qu’il reçut à plusieurs reprises à Poitiers. Habitué du luxe, il va se lancer dans une importante campagne de reconstruction et de réparations des églises et monastères de son diocèse ainsi qu’à l’édification de son château à Dissay.

________________________________________________________________________________________________________________

Pratique :

Adresse : centre Bourg, 86130 Dissay.

Ouverture au public du 08/04/2013 au 01/11/2013. Du 16 juin au 16 septembre : tous les jours, sauf mercredi. Visite à 10h, 15h et 16h30. Le reste de l’année pour les groupes uniquement et sur réservation.

Tarif : 6€ TP, 3€ TR, 2€ enfant moins de 10 ans.

Renseignements : 06 73 62 73 18

________________________________________________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s