Théâtre de Blossac / 86 / Châtellerault

Le théâtre de Châtellerault, situé à proximité de l’hôtel de ville, fut bâti entre 1842 et 1844 selon les plans de Louis Renaudet, alors architecte des bâtiments du roi. Ce lieu culturel prend place dans un ancien bâtiment préexistant : le couvent des Minimes fondé en 1495. Pour être plus précis, le théâtre actuel a complètement réinvesti l’église du couvent. En 1899, soit environ 50 ans après l’ouverture du théâtre, en raison de la vétusté des lieux, il a été décidé d’établir de profondes restaurations et aménagements pour apporter confort, sécurité et agrément aux spectateurs et acteurs. 2013, une nouvelle ère s’ouvre avec la réouverture et l’inauguration des restaurations de l’ancien théâtre dit de Blossac de Châtellerault.

Façade extérieure du théâtreHistoriquement parlant. Le couvent des Frères Minimes fut fondé le 10 juin 1495 par Jean d’Armagnac et Yollande de la Haye, sa femme. Au début du XVIe siècle, l’église devenue trop exigüe est détruite pour être remplacée par une deuxième église plus grande et plus large au même endroit. C’est sous les ordres de Nicolas Alamand, seigneur du Châtelet que cette deuxième construction a été entreprise. Ainsi l’église des Minimes, construite en un peu plus de trois années, mesure désormais près de 33 mètres de longueur pour environ 8 mètres de largeur. Nicolas Alamand mourut en 1528 et fut enterré dans le chœur de l’église. Le couvent a compté environ 12 frères durant tout le XVIe siècle. Touchés à plusieurs reprises par la peste, une petite chapelle Saint-Roch fut érigée afin d’éviter toute épidémie future. Jusqu’en 1562, les Minimes distillaient soins, prières et nourritures aux malades. Apparaissent alors les Huguenots, en pleine guerre de Religions, qui saccagèrent et pillèrent le couvent. Le couvent fut incendié, charpente et voûtes détruites. En 1606, grâce aux aumônes d’Henri IV et son don de 50 pieds d’arbres, les travaux de réédification commencèrent. Malgré cela, on estime qu’au début XVIIe siècle, les frères manquèrent de stalles, de chapelles, de bois, d’un clocher : tous ces travaux sont alors estimés à environ 2750 livres. 1633 : les anciens fossés médiévaux des murailles de la ville furent comblés après une épidémie de peste qui avait duré 3 ans. En 1667, les Minimes avaient comme revenus la somme de 1 548 livres, somme à laquelle il faut retrancher 410 livres environ de dépenses causées par l’entretien des bâtiments. Courant XVIIIe siècle, on ne compte plus qu’environ 5-6 frères dans le couvent. En 1790, post Révolution Française, les activités religieuses s’y arrêtent, et le couvent est acheté par la ville en 1791.

Salle de spectacle du théâtreThéâtralisé. Courant XIXe siècle de nombreux aménagements ont été apportés pour transformer l’église en salle de spectacle. Ainsi la partie médiane de l’église fut enflée pour contenir le volume de la salle de spectacle. En réalité, l’on a élargie cette partie, aujourd’hui visible depuis l’extérieur, côté nord de l’église. Le chœur quant à lui a été grandement conservé, d’ailleurs le mur du fond du théâtre conserve les baies géminées surmonté d’un oculus ovale ainsi que l’arc brisé de l’ancien chœur de l’église. Toutes ces constructions ont été effectuées en pierre de taille de tuffeau local.  Après les premiers aménagements d’un théâtre primitif en 1802, réaménagé en 1822 par Louis Renaudet Père, architecte ; l’église fut réellement transformée en salle de spectacle agréable et confortable qu’à partir des travaux de 1842-1844 organisés par l’architecte Louis Renaudet fils. C’est alors que des banquettes voient le jour, toutes velourées de vert. Des gradins, des loges, des baignoires ainsi qu’une remise affectée aux décors furent aménagés.

Détail du plafond peint de Vernon (restaurations 2013)La salle de la Redoute, au premier étage, fut rajoutée, servant de salle de réunion, de bal et de concert. Elle est aussi utilisée en salle d’attente avec bar et salons lors des entractes. En 1899 une dernière grande campagne de restaurations, de constructions et de modernité s’emparent du théâtre. Sous l’égide de Delage, ici le velours vert fait place au rouge, le plafond peint de la coupole est réalisé par Vernon (on retrouve des allégories du théâtre et de la ville de Châtellerault), rideau de scène, manteau d’Arlequin, décors et dorures furent repensés, restaurés et repris.

S’ouvre alors une période prospère liée à la réputation et l’effervescence de la vie de la Manufacture de Châtellerault qui compte environ 7 000 à 8 000 ouvriers. Véritable bassin ouvrier spécialisé dans la construction d’armes blanches et d’armes à feu, les manuchards ainsi que leurs familles ont apprécié ce lieu culturel, où toute la société s’y réunissait. Médecins, maire de la ville, banquiers, roturiers, artisans, paysans, ouvriers : un véritable melting pot de générations, de classes sociales, de privilèges qui, ensemble, assistèrent à des représentations théâtrales comme des vaudevilles et des pièces comiques pour la plupart. Par contre Molière et les grands classiques n’étaient pas très appréciés par les châtelleraudais de l’époque. Dans la deuxième partie du XXe siècle, à la fin des années 1970, le théâtre s’arrête. Fermé, il est laissé à l’abandon. Une trentaine d’années après, et sous la pression de la volonté des habitants de retrouver leur théâtre, une grande campagne de restauration s’échelonne de 2011 à décembre 2013. Ici les décors de 1899 sont ravivés, donnant une ambiance très XIXe siècle à ce lieu, tellement magique. Rouge, dorures, arabesques, peintures, moulures et bois vernis se côtoient dans un ballet théâtral. Une émotion pure de s’inscrire dans un tel lieu.

Du 6 au 20 décembre, une période d’inauguration attend chaque curieux d’un tel lieu, qui je vous l’assure, dégage une sensation unique. On se croirait réellement à la belle époque, où haut de formes, robes longues, cantatrices et spectateurs s’entremêlaient dans un tourbillon de représentations.

Johnatan Savarit

+ d’infos : http://www.ville-chatellerault.fr/animations/evenements/au-theatre-blossac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s