Le Musée de la Monnaie à Paris vaut son pesant d’or

le

Qui n’a jamais rêvé de toucher du doigt la recette de fabrication de nos pièces de monnaie ? Certains l’appellent thunes, pez, flouz, patates, ronds … autant de noms pour évoquer la monnaie. Ne restez pas comme deux ronds de flan et plongez vous-aussi dans cet univers métallique et créatif en poussant les portes du Musée de la Monnaie au 11 quai Conti à Paris.

Who has never dreamed of understanding the process of making our coins ? You too, plunge into this metallic universe and push the doors of the Musée de la Monnaie, 11 quai Conti in Paris.

Plus qu’un musée, on vous propose de suivre un parcours initiatique en vous immergeant totalement dans une expérience de vie. Vos sens en éveil, vous aurez l’occasion de toucher, de voir, de sentir et de ressentir le métal se transformant sous vos yeux. Entre dispositifs multimédia et sensoriels, entre lecture et vue sur les artisans en plein travail, entre contemplation et échanges, le parcours de visite est ponctué de démonstrations, de jeux, d’explications et d’une collection incommensurable. Une belle manière d’offrir aux différents publics accueillis une expérience inclusive et constructive.

The museum offers you a unique interactive and sensory experience involving metal and the heritage of Monnai de Paris. It’s a personal experience taking behind the scenes of this temple of coinage and artistic workmanship. The Museum proposes differents disciplines like art, technology, science, history of peoples, economy, archeology and sociology to exhibit the talent of workers in the manufacture and the richness of the heritage collections. It’s a real living-place of our history about the monney and the production of coins and pieces of gold, silver ….

Tout commence par une présentation des différents métaux qui ont pu être fondus et travaillés au travers de l’espace et du temps. Or, argent, nickel, cuivre, bronze, étain, … autant de matières premières, extraites de notre terre, servant alors de support à un système monétaire naissant. Aux quatre coins de la planète, des civilisations entières se sont emparées de cette folie créative afin de frapper monnaie. Cette diversité est enrichissante. Pour ne donner que quelques exemples, l’on peut alors voir des lingots de 1 à 100 lang en argent de Annam au Vietnam datant des années 1840, des Obans de 10 ryo en or du Japon datant du XVIIIe siècle ou encore une médaille de la duchesse Anne de Bretagne et du dauphin, en bronze, fabriquée en France en 1494.

En haut à gauche : lingots de 1 à 100 lang en argent de Annam au Vietnam datant des années 1840 En bas à gauche : médaille de la duchesse Anne de Bretagne et du dauphin, bronze, France, 1494 A droite : Obans de 10 ryo en or du Japon datant du XVIIIe siècle

Médaillers coffrets de l’atelier d »André-Charles Boulle / Ces coffrets proviennent d’un ensemble commandé à André-Charles Boulle, ébéniste et ciseleur de Louis XIV. Le roi les destine à des hautes personnalités comme son cousin le prince de Condé. Medal boxes from the worshop of Andre-Charles Boulle. These boxes are part of a set that Louis XIV intended to present to individuals in their honour as his cousin the Prince of Condé.

Un peu plus loin, nous avons découvert les coulisses de cet art. De l’autre côté de la vitre, nous avons pu regarder avec fascination les artisans au travail, sélectionnant, nettoyant et façonnant chaque plaque de métal, une première étape dans le processus de fabrication des pièces et autres médailles. Une expérience véritablement immersive.

Behind a several glasses, the public can see the artisans working the differents metals. One chance to undestand the way to transform a slice of metal into a coin.

En salle 4, nous avons été agréablement surpris par la qualité des échanges avec une professionnelle, en plein travail de gravure, qui nous a tant expliqué sur les différentes manières de façonner une pièce de monnaie. Un vrai souci du détail, comme une chirurgienne, incisant, sculptant afin de créer sous nos yeux le motif qu’elle avait dessiné sur une feuille de papier. Tout autour, des dizaines de vitrines exposant à la fois les objets terminés mais également les outils. Laminoirs, marteaux, coins, presse, poinçons et autres balances s’exhibent telles les véritables stars de ce musée.

Salle 4 du musée

L’exposition temporaire, présentant le « Trésor de Huê, un butin de guerre », nous a proposé de comprendre la relation au XIXe siècle entre la France et l’empire d’Annam après la prise du palais et de la citadelle de Huê. Une relation de mise sous tutelle où la France découvre les caches qui recelaient le trésor impérial. 14 630 kilos d’argent et 1 335 kilos d’or seront finalement convertis en pièces de 20 francs or destinées à l’économie française.

The treasure of Huê, the spoils of war. In 1885, took guardianship of the Empire of Annam after taking over the palace and citadel of Huê.

The imperial treasure was seized to answer to the nedds of the protectorate and settle the costs of the Tonkin military expedition. 14 630 kilos of silver and 1 335 kilos of gold were earmarked for the French Treasury. They were to be converted into gold 20 franc coins ans silver pieces.

Pièces de la collection venant du trésor d’Huê, Viêt Nam

Créer, transmettre, collectionner sont les maîtres-mots de cette institution au passé vieux de 1000 ans, préservant une quinzaine de métiers d’art différents, tous reconnus par l’Etat comme un patrimoine vivant inestimable. Ils donnent vie au métal avec leurs gestes précis, leurs outils affûtés et leurs esprits toujours innovant. C’est ainsi, que ce savoir-faire unique se transmet de génération en génération. L’essence même de cet endroit à mi-chemin entre musée et manufacture, entre conservateur/collectionneur et producteur. « Forcez » vous-aussi ce magnifique coffre-fort pour comprendre l’envers du décor des pièces.

Ensemble de poinçons ayant servis à frapper monnaie royale (dans l’ordre de haut en bas et de gauche à droite) : celles de Louis XIV, Louis XII, Henri IV et François Ier. La dernière étant la représentation d’une bataille navale.

Après 1h30 de visite (et encore, nous avons dû presser le pas sur la dernière partie du parcours car l’heure de fermeture approchait), la frappe de monnaie n’avait plus aucun secret pour nous. Nous avons vécu plus qu’une simple visite de musée, une expérience dans un lieu unique en son genre au travers d’un parcours bien pensé entre salles de production et salles d’expositions. Une mention toute spéciale pour les dispositifs ludique et multimédia tout au long du parcours : nous avons tout testé et avons tout adoré.

Salle 4 du musée

A défaut de ressortir de là riche comme Crésus, nous en sommes ressortis riche d’apprentissage et d’enseignements.

Johnatan Savarit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s