Château d’Amboise / 37 / Amboise

Le château d’Amboise est réellement le grand projet de Charles VIII, roi de France. Marié à Anne de Bretagne, il décide alors de s’établir dans ce château, terre de son enfance. A partir de 1492-1493, il lance un grand projet d’extension du château. On y construit entre autre : la chapelle Saint-Hubert, le logis des Sept Vertus, le logis royal. A la jonction de l’art médiéval et de l’art Renaissance, ces trois bâtiments conservent les stigmates du gothique flamboyant. Charles VIII ne verra cependant pas la fin de son projet. Il meurt prématurément en 1498. En effet, en allant chercher sa femme Anne de Bretagne dans ses appartements pour suivre une partie de jeu de paume, il heurte violemment le linteau en pierre d’une porte. Le comble c’est que Charles VIII ne mesurait pas plus d’1,52 m de hauteur. Cinq ans plus tard, le château est terminé !

La visite. Lors de la visite, le rez-de-chaussée du château garde son côté Renaissance. L’on peut voir le style et la décoration de style fin gothique début Renaissance. Dès l’entrée, il faut passer par la salle des gardes et le promenoir des gardes surplombant la vallée de la Loire, pour arriver dans le corps du château. Nous arrivons à la salle des gardes nobles. Dans cette dernière, on peut apercevoir l’ancienne gravure montrant l’étendue du château d’Amboise, entourée de plusieurs armures. Au premier étage, la salle des tambourineurs renferme un trésor : un coffre datant du règne de Charles VIII, un meuble d’une valeur inestimable. Dans la pièce suivante, la salle du conseil impressionne de par ses dimensions et ses décorations aux couleurs de Charles VIII et d’Anne de Bretagne. (monogrammes des familles, fleur de lys et moucheture d’hermine, emblèmes respectifs du roi de France et du duché de Bretagne). S’ensuit alors quelques pièces fort intéressantes : la salle de l’échanson qui permet alors d’évoquer les traditions de la table du roi ; la chambre d’Henri II où les arts décoratifs dominent : chaise au dossier sculpté (représentation d’architecture en perspective), un coffre à bijoux à double fond, un lit ouvragé de 2,20 sur 1,80m, et une série de portraits. Le deuxième étage du château présente les appartements Orléans. En réalité, le château a été la résidence du duc de Choiseul dès 1763. Le château est racheté par le duc de Penthièvre, cousin du roi Louis XVI et descendant direct de Louis XIV. En 1789, il fait aménager le logis royal et dessine des jardins à l’anglaise. Après les épisodes révolutionnaires, Pierre-Roger Ducos, sénateur consul de l’empire, procède peu à peu à la démolition du château. Les ¾ du château disparaissent. A la Restauration, le château revient alors à la famille d’Orléans en la personne de Louise-Marie Adélaïde d’Orléans, veuve de Louis-Philippe Joseph, duc d’Orléans. Ainsi la décoration et l’aménagement diffèrent totalement avec le premier étage. Teinture rouge unie, portraits omniprésents, meubles d’époque rappelle alors les XVIII-XIXe siècles. La dernière salle, la salle de musique, renferme des instruments (piano, harpe) ainsi que des portraits de familles des Orléans. Les instruments sont signés Erard et datent alors du XIXe siècle. A la sortie, nous arrivons sur une plate-forme, sorte de terrasse, où la vue est à couper le souffle. Nous redescendons alors les étages en passant par la tour des Minimes pour regagner les jardins. La tour des Minimes mesure quarante mètres de haut. Cette tour renferme un escalier qui permet de descendre jusqu’à la rampe de la tour cavalière, tour édifiée sous le règne de Charles VIII. Ainsi les chevaux pouvaient aisément monter à l’intérieur de cette tour.

Les jardins. De la Galerie d’Aumale, ou depuis la terrasse d’entrée devant le château, des jardins entourent l’édifice royal. Des allées sinueuses scandent ces jardins où chênes, buis cyprès et vignes modèle une végétation à l’italienne. Au fond, une terrasse accueille des cèdres du Liban et un jardin d’orient. (jasmin, laurier, romarin et cyprès présentent des paysages méditerranéens). Si vous cherchez bien, vous pourrez trouver un buste de Léonard de Vinci entouré d’une haie semi circulaire.

Conseils + : La visite guidée est proposée aux visiteurs. Durée 1h : chapelle et château. Possibilité de visiter en autonomie avec notice explicative en 16 langues étrangères. Un livret-jeu enfant est aussi disponible (français et anglais). L’entrée est entre 8 et 15 € selon l’âge du visiteur.

Plus de renseignements sur www.chateau-amboise.com

Johnatan Savarit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s