Collégiale Sainte-Croix / 86 / Loudun

Eglise hall d’une incroyable dimension, les pierres de ce lieu spirituel renferment des peintures murales situées sur la voûte du chœur. Un trésor remarquable commandé par des moines bénédictins au XIe siècle.

Peintures du choeur du XIIIe siècle

A visiter. Une architecture romane marquée par l’influence bourguignonne. Historiquement parlant, construite au XIe siècle, cet édifice est victime des guerres de Religion en 1558. A cette occasion, elle fût en partie incendiée. Au XVIIe siècle, les croyances vont bon train, et la pratique de l’exorcisme s’étend largement dans le royaume. Ainsi, en 1634, l’église a accueilli des séances d’exorcisme et de rencontres avec l’au-delà. Un grand procès a même eu lieu : celui d’Urbain Grandier au travers de l’affaire des « possédés de Loudun ». Après la Révolution Française, cet édifice religieux, devenu propriété de l’Etat, est transformé en halle à grains. Incendiée de nouveau courant XIXe siècle, elle revêt une charpente métallique provenant de l’exposition universelle de 1889 (actuelle charpente de type Eiffel). Restauré en 1995, ce lieu devient multiculturel. Concerts, expositions, meetings, conférences, la collégiale Sainte-Croix a su évoluer, se métamorphoser et s’adapter selon les époques.

Artistiquement. Se dévoiler. Ici, doivent se dévoiler des peintures murales plusieurs fois centenaires. Sur la voûte en cul de four du chœur, à quelques mètres de hauteur nous contemplent le Christ en Croix, la Vierge-Marie, Saint Jean et des personnages de l’Ancien Testament. Datées du XIIIe siècle, ces peintures reflètent tout leur éclat pictural, où les rayons du soleil frôlent, jouent, frissonnent avec les personnages. Lumière naturelle se complaint à devenir lumière céleste et divine. Malgré le fait que l’église soit désacralisée, elle n’en demeure pas moins un lieu où une atmosphère spirituelle et de recueillement entoure chaque visiteur. D’autres bribes de peintures sont présentes. Dans le transept, des fragments de personnages sont les plus anciennes traces de peintures de la collégiale Sainte-Croix. Datées elles du XIIe siècle, ces peintures murales complètent et permettent d’imaginer toutes les parties de l’église qui devaient être peintes.

De nos jours, cet édifice apparaît comme un haut lieu culturel du Loudunais. Chaque année, des expositions se succèdent et la rencontre du prix Renaudot des Lycéens marquent les saisons. Les sculptures reconstituées et restaurées complètent la découverte de ce lieu marquant par son immensité. Une église presque cathédrale de par ses proportions et son immaculée neutralité de ses murs.

Johnatan Savarit

Vue sur la nef de l'église. Ici, la rencontre et la remise du prix Renaudot des Lycéens (novembre 2013)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s