Aliénor, reine de France

Aliénor, envoûtante et conquérante – Partie I/II

article en version pdf : alienor-envoutante-et-conquerante
dsc_0683_web
Vitrail d’Aliénor d’Aquitaine – hôtel de ville de Poitiers

De leurs jeunesses à leurs mariages : Aliénor d’Aquitaine et Louis VII :

Scandaleuse, envoûtante, conquérante, séductrice, Aliénor d’Aquitaine se révèle être une vraie dame de fer du Moyen-Âge. Elle est en réalité très maline et sait parfaitement où elle va.

Fille de Guillaume X d’Aquitaine et d’Éléonore de Châtellerault, elle possède un caractère du sud, bien trempé et se montre parfois excessive. Physiquement, elle répond aux canons esthétiques de l’époque et elle le sait. D’où son jeu de séduction pour arriver à ses fins. Elle est blonde, a le teint pâle, les yeux bleus et la taille fine. Pour l’auteur de la bande-dessinée « Aliénor, reine de sang, la légende noire » – Arnaud Delalande – « c’est la Scarlett O’hara du Moyen-Âge.

alienor-aquitaine

Elle se marie le 25 juillet 1137 avec Louis VII, futur roi de France. Ils se rencontrent le jour de leur union qui aura lieu à la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Louis tombe littéralement sous le charme de l’Aquitaine. Les consentements sont échangés sous un dais. On donne 13 pièces d’argent et un anneau de mariage à Louis, anneau qui sera remis à Aliénor qui le passera à son pouce et non à l’annulaire comme il est coutume de faire actuellement. Pour terminer la célébration, ils échangent le baiser de la paix. Leur mariage est avant tout politique puisqu’à eux deux ils vont réunir un territoire vaste et riche. Aliénor, de par l’héritage de son père, est l’unique héritière du duché d’Aquitaine comprenant environ une vingtaine de départements allant du Nord de Poitiers aux confins des Pyrénées en passant par toute l’Auvergne à l’est. Louis VII possède un territoire beaucoup plus petit composé du bassin parisien, de la ville de Soissons, de Bourges et des environs Orléanais. La nuit de noce est assez décevante pour l’Aquitaine, Louis ne connaissant rien aux plaisir de la chaire, lui qui était voué à une vie pieuse. Aliénor aura cette fameuse phrase « je pensais épousé un prince, j’ai épousé un moine », ce qui veut tout dire surtout concernant la vie amoureuse. A la mort de Louis VI le Gros, Louis et Aliénor deviennent roi et reine de France.

mariage-Louis-Alienor-secrets-d-histoire
Mariage d’Aliénor et de Louis VII en 1137 – extrait de Secrets d’histoire

Louis est un homme dévot, éduqué comme un ecclésiastique. En réalité, Louis VI le Gros avait deux fils. Le premier – Philippe de France – était voué a succédé à son père. Il a reçu une éducation militaire, diplomate et politique. Malheureusement pour lui, suite à une mauvaise chute de cheval, il meurt prématurément à l’âge de 17 ans. Le deuxième – Louis VII – avait été confié à une congrégation religieuse pour son éducation pieuse. Il était voué à devenir évêque. A la mort de son frère aîné, on la retiré du monastère et on l’a catapulté sur le trône de France, installant à la cour de France le côté austère d’un monastère.

Quand Aliénor arrive à Paris, elle est déçu. Elle trouve une ville qui ressemble à une vaste déchetterie à ciel ouvert. Les rues ne sont pas pavés, on y croise beaucoup d’animaux, et les habitant jettent leurs déchets par la fenêtre directement dehors. 

alienor-robe

Face à cette atmosphère, elle apporte à Paris une certaine joie de vivre : sa cour bordelaise est raffinée, ses troubadours, sa poésie et ses ménestrels font donner de la couleur à une cour qu’Aliénor trouve trop triste. Elle fait littéralement scandale. La mode vestimentaire qu’elle insuffle sur Paris choque, le tour de taille est cintré, dévoilant les courbes des femmes et les cheveux sont détachées. On s’aperçoit que les femmes ont une poitrine. Cela scandalise les moralisateurs et les religieux.

Pour une robe du XIIe siècle, comme Aliénor en portait, il fallait pas moins de 15 mètres de soie par robe. Cette soie est achetée lors des grandes foires de Champagne à Provins – cité inscrite au patrimoine mondiale de  l’UNESCO. A Provins, a été reconstitué ou conservé un marché couvert, une halle, des réserves et des maisons de types médiévales. Se côtoient ici bon nombre de marchands, dont les marchands italiens en vogue au Moyen-Âge, ramenant de l’Orient des denrées telle que la soie ou encore des épices – poivre, clou de girofle, cannelle.

L’austérité monacale que Louis s’impose et impose à Aliénor n’arrange pas la fréquentation du lit conjugal. Louis respecte toutes les périodes de pénitence – les dimanches, les périodes de jeûne, les périodes de Pâques, Pentecôte, Noël, ….

Aliénor, quant à elle, fait de nombreux dons à des établissements religieux. L’Abbaye royale de Fontevraud sera en tête des donations. Par des chartes, on sait qu’en moyenne Aliénor donne à Fontevraud 10 livres annuelles, soit l’équivalent de 50 000€ aujourd’hui. Elle signera pas moins de 200 chartes de donations aux abbayes en France. Elle confie aussi l’éducation de deux de ses enfants aux religieuses de Fontevraud. Ce qui lui plaisait fondamentalement en Fontevraud, c’est le fait que la double communauté -religieuses et religieux – soit dirigée par une abbesse, une femme donc.

abbaye-de-fontevraud

Article concernant l’abbaye de Fontevraud sur mon site : Abbaye royale de Fontevraud

Une personne influence aux yeux de Louis VII  : Suger

suger
L’abbé Suger

L’abbé Suger reste le pilier de la politique de Louis, il est un conseiller extrêmement proche du roi. Dévoué, il considère que la royauté est sacrée. Il influence le roi pour l’adoption du lys comme symbole, comme lien entre la terre et le ciel. Il fait tout pour construire ce qu’il appelle « le cimetière des rois de France » : la cathédrale Saint-Denis. En cette dernière, seront inhumés 42 rois, 32 reines, 63 princes et princesses et 10 grands. Son rêve est devenu réalité.

Cette cathédrale, de style gothique, est un joyau d’architecture, présentant des chapelles ouvertes et offrant une grande lumière à l’intérieur du bâtiment. La cathédrale recèle de grands trésors comme l’épée du sacre de Charlemagne ou encore le fameux vase en cristal d’Aliénor que Louis avait offert à sa femme qui l’avait elle offert à l’abbé Suger. Aujourd’hui, ce vase, incrusté de pierres précises – saphir, améthyste, rubis, perles – est conservé au musée du Louvre.

La cathédrale de Saint-Denis, l’oeuvre de Suger, fut inaugurée le 11 juin 1144. L’abbé pensait à une fête grandiose, mais fut déçu. Louis VII n’arrivant pas en faste, mais seulement vêtu comme un pénitent, avec une simple chemise et sans chaussures. En réalité, cette tenue s’explique par le fait qu’il voulait absoudre une faute qu’il avait commise quelques temps auparavant, l’incendie de Vitry en Perthois.

L’épisode tragique de l’incendie de Vitry en Perthois :

Pétronille, jeune sœur d’Aliénor, cherchant à se marier, tombe amoureuse d’un chevalier fort séduisant : Raoul de Vermandois. Problème, c’est que Raoul est déjà marié à la nièce du comte de Champagne. Connaissant le desein des deux jeunes gens, Thibault de Champagne soulève ses troupes contre le roi à Vitry en Perthois. Louis VII est rapidement dépasser par les événements. Les habitants de la ville s’étant réfugiés dans l’église pour éviter les combats. Dans un moment de folie, l’église est incendiée et les 1500 villageois meurent à l’intérieur de l’édifice.

En arrivant en pénitent à la cathédrale Saint-Denis en 1144, Louis souhaitait trouver le repos face à cet épisode tragique.

Les années 1145-1152 :

Suite à tous ces événements, le bilan est le suivant. Aliénor et Louis sont mariés depuis huit ans. Ils n’ont alors encore aucun enfant, donc pas d’héritier au trône. Louis fuyant le lit conjugal, respectant les périodes de pénitence ; Aliénor va alors rencontrer la seule personne qui pourrait convaincre son mari de la rejoindre dans son lit : Bernard de Clairvaux. Pour Aliénor, il est indispensable de mettre au monde une progéniture sous peine qu’elle soit répudiée. En 1145, naît Marie. Bonne nouvelle… en réalité pas tant que cela. Marie est une fille, Louis attendait un fils pour lui succéder.

Une situation internationale va précipiter un voyage militaro-religieux : la deuxième croisade. Les Turcs ont repris Edesse en Terre-Sainte. Les religieux et les Grands appellent à la deuxième croisade pour reprendre cette ville. Les occidentaux ont peur que les Turcs s’attaquent à Jérusalem. Aliénor et Louis partent ensemble en croisade. Chevaliers vont côtoyer des dames de la cour lors de leur expédition. Différents évêques voient d’un mauvais œil cette troupe et pensent que cela va être l’orgie entre militaires et dames de la cour. Ils arrivent néanmoins à Constantinople. Pour Aliénor, cela ressemble à un voyage de renaissance. Elle goûte à une nouvelle vie, voit les splendeurs de l’Orient, les toits étincelant d’or, les épices. Elle y découvre le gingembre, le cumin, le sucre – à savoir qu’un gramme de sucre valait un gramme d’or – les aubergines, les échalotes, les épinards et les amandes.

Expression ; « une addition salée ». Au Moyen-Âge, on disait une addition sucrée ou épicée, tellement le sucre et les épices coûtaient très cher.

« Payer en espèces ». Au Moyen-Âge, on disait payer en espices, en épices, du fait que ce genre de denrées extrêmement coûteuses.

Ils arrivent ensuite à Antioche, là où Aliénor retrouve son oncle Raymond de Toulouse. Il avait été nommé prince d’Antioche. De cette rencontre avec son oncle va naître la légende noire d’Aliénor, puisqu’on part du principe où elle aurait trompé Louis avec Raymond. En réalité, elle retrouve une partie de son Aquitaine. A Antioche, on parle le poitevin, ensemble Aliénor et Raymond évoque des souvenirs de jeunesse, passent pas mal de temps ensemble. De là part la jalousie excessive de Louis, voulant à tout prix quitter Antioche et éloigner son épouse de son oncle. Il prend une décision incompréhensible : attaquer Damas. Aliénor et Raymond essaient de s’y opposer, Damas étant la seule place forte musulmane alliée des Occidentaux, ne posant aucun problème. C’est un échec militaire, car les troupes françaises se cassent les dents sur les remparts de Damas. C’est dans ce contexte de déroute politique et militaire qu’ils rentrent en France et que naît Alix, la deuxième fille que les deux époux auront ensemble.

Bilan des 15 années de mariage :

Face à ce bilan désastreux ;un mariage en dents de scie, une affection non partagée entre les deux époux, des caractères antagonistes, la naissance de deux filles et aucun fils ; les deux époux royaux décident de faire annuler leur mariage. L’annulation sera prononcée le 21 mars 1152 au château de Beaugency. Aliénor est enfin libérée du joug du roi de France, récupérant au passage le duché d’Aquitaine, redevenant par l’occasion le meilleur partie de France. Une princesse forte, riche , indépendante et puissante. Malgré tout, elle doit trouver rapidement la protection d’un mari

La suite dans une partie 2 : Aliénor d’Aquitaine, reine d’Angleterre (1152-1204). Bientôt disponible sur ce site. 

carte-de-cassini-beaugency

Johnatan Savarit

Regardez l’épisode de Secrets d’histoire concernant Aliénor d’Aquitaine, disponible sur youtube.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s